• 02.03.2012 - Costa croisières dément les accusations ...

    Sexe, drogue... : Costa Crociere dément les accusations d'une ex-salariée

    Publié le 02.03.2012, 22h13 | Mise à jour : 22h53Le parisien.fr

    ARCHIVES. La compagnie Costa Crociere a démenti vendredi le témoignage d'une de ses ex-salariés, qui a décrit une atmosphère de débauche à, affirmant que cette personne avait dû dans le passé être «débarquée pour motifs disciplinaires».
    | AFP/VINCENZO PINTO

    La compagnie Costa Crociere a démenti vendredi le témoignage d'une de ses ex-salariés, qui a décrit une atmosphère de débauche à, affirmant que cette personne avait dû dans le passé être «débarquée pour motifs disciplinaires».
    Le quotidien La Stampa a publié jeudi le témoignage qu'une infirmière, ex-employée de la compagnie, a livré aux enquêteurs sur le naufrage du Costa Concordia le 13 janvier. <btn_noimpr> </btn_noimpr>

    <script type="text/javascript"> sas_pageid='2358/16838'; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_faitsdivers sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300x250 sas_target=''; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target); </script><script src="http://www.smartadserver.com/call/pubj/2358/16838/1278/S/2018708885/?"> </script>
    Selon le quotidien, elle a affirmé que «la corruption, la drogue et la prostitution» régnaient à bord des navires de la compagnie Costa.
     
    Dans un communiqué publié vendredi soir, Costa qualifie ces allégations de «privées de tout fondemen» et ajoute que l'infirmière «avait été débarquée pour motifs disciplinaires». La compagnie «rappelle avec une fermeté absolue qu'à bord des navires de sa flottes, il existe des mesures strictes de sécurité et de surveillance en ce qui concerne la possession et l'utilisation de drogue». Tout membre d'un équipage «qui possèderait ou ferait usage de stupéfiants ou de drogues serait soumis à des sanctions disciplinaires et serait débarqué (...) Des contrôles et préventives sont menées à bord pour décourager de tels comportements», insiste la compagnie, selon laquelle le personnel de garde «doit s'abstenir de boire de l'alcool au moins quatre heures avant de prendre son tour».
     
    Le commandant Schettino aurait déjà provoqué un incident en 2010

    La Stampa relate une autre information, cette fois concernant directement le commandant du Costa Concordia.
    Le commandant Schettino aurait déjà provoqué un incident en 2010 en entrant trop vite dans un port allemand, selon la Stampa, une accusation tempérée dans la soirée par la compagnie Costa crociere. Le capitaine Francesco Schettino «a manoeuvré à une vitesse de 7,7 à 7,9 noeuds en entrant dans le port de Warnemunde (nord), causant des dommages sur le navire de croisière Aida Blu», selon une lettre notifiée par son employeur après les faits et publiée par le quotidien La Stampa.

    Dans la soirée, la compagnie Costa crociere a «précisé» que le capitaine n'avait pas «provoqué d'acciden».
    A l'époque, la compagnie «l'avait invité à une plus grande attention et à mieux connaître les documents qui règlent la navigation dans le port en question», a précisé Costa dans un communiqué.
     
    «Le commandant Schettino n'avait jamais eu d'accidents au des six ans pendant lesquels il a été commandant de la Costa et n'a été soumis à aucune sanction disciplinaire au regard de la loi italienne et de la convention collective», ajoute la compagnie.

    Francesco Schettino, en résidence surveillée, est poursuivi pour homicides multiples par imprudence, naufrage et abandon du navire. Au , neuf employés de la compagnie Costa sont poursuivis dans cette affaire. Le naufrage du Costa Concordia sur l'île italienne du Giglio a fait 32 morts.

    Des plaintes ont également fleuri de toute part auprès de la compagnie, filiale du géant américain Carnival. Rien qu'aux Etats-Unis, 39 passagers du paquebot ont déposé une plainte à Miami contre Carnival, réclamant plus de 520 millions de dollars de dommages et intérêts.

    LeParisien.fr

     

    « 1.03.2012 - L'identification ADN des corps est suspendue02.02.2012- Des rescapés français devant la justice américaine »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :