• 24.03.2012 - Témoignage allemand

    Par Rita Klein - Voir le reportage original

    1.    …concernant la situation quand il était assis sur le côté du bateau, attendant d’être secouru  « Les gens poussaient, que ce soit devant ou derrière. Et c’était la panique car il y avait beaucoup de monde en un seul endroit. »

     

    2.    … était à l’intérieur du théâtre “Athènes” sur le pont 5 quand le CC a heurté le rocher. “”Il y a eu une secousse, le rideau était incliné à
    de la gravité  et j’ai dit à mon ami, quelque chose vient de se produire, nous devons sortir de là.”

    3.    …  concernant l’ambiance sur le pont  “Il y avait des hommes agenouillés sur le sol, vomissant et hurlant .Des familles entières assises là, pleurant, ilsn’arrivaient pas à faire face à la situation. Ils ne l’avaient que dans des films, et là ils y prenaient part.

    4.     … concernant les deux sœurs âgées qui étaient assises à la même table qu’eux pour la semaine, soeursallemandesavec qui ils avaient lié amitié.  « L’information est qu’un homme et deux femmes, dont la description colle parfaitement, attendaient devant un ascenseur et les portes se sont ouvertes soudainement, l’eau les ayant surement emprisonnés à l’intérieur. Je serais triste d’apprendre qu’ils n’ont pas survécus. Ce serait malheureux, c’étaient des gens vraiment gentils. »Voir taille réelle

    ·     Waltraud and Herman Becker

    1.    … concernant la situation lors de l’évacuation. « Imaginez, il y a uneporte et 4000 personnes qui veulent la passer en même temps. Tout le monde veutmonter dans une chaloupe et ce qui se passe, c’est que tout le monde pousse etbouscule, les plus forts l’emportent. Personne ne respecte les plus âgés ou lesenfants ou les personnes en chaise roulante. C’est chacun pour soi. »

    2.    … concernant le moment de l’impact.« Le premier serveur est venu prendre nos commandes pour les boissons, le deuxième serveur lui est venu pour celles du repas. Le premier est revenu avec les boissons et juste au moment où le deuxième est revenu à son tour, le bateau commençait déjà à pencher.les verres et les bouteilles se sont renversées. Il y a eu une secousse et un grincement, comme lorsque quelqu’un raye le côté d’une voiture avec un tournevis, mais en beaucoup, beaucoup plus fort. Les lumières se sont éteintes puis rallumées. »

    3.    … concernant la situation dans le restaurant.  “Vous êtes incapables de courir, tout est glissant. La nourriture du buffet est au sol, celle continue dans les assiettes également, il y avait des tessons de bouteilles, du verre, la nourriture, c’était déjàdans les assiettes qu’elle venait de nous apporter. Tout tombait et nous avonsdu nous frayer un chemin parmi tout ça. Nous nous sommes tenus à ce que nous pouvions, à qui nous pouvions. Nous avons du monter quelques marches, atteindre les escaliers et nous étions sur le pont »

    4.    concernant leur sauvetage. “Bien sûr, les chaloupes étaient toutespleines et je me suis dit ”d’une manière ou d’une autre, on doit y monter”.J’aisauté dedans, je l’ai attrapée par le bras et je l’ai fait monter dans lachaloupe. Et là elle était sur le bord de la chaloupe »

    5.    …  concernant la situation émotionnelle.  “La faculté de penser est en quelque sorte suspendue. Quelque part, ça s’en est allé. Combien de fois je tourne en rond ici et cherche quelque chose, puis à certains moments, ça revient. La première foisque j’ai réalisé était le matin suivant, quand nous sommes descendus du village, en bus par une route serpentée. Il y avait le bateau là, dans l’eau, sur la gauche (Mme Becker se met à pleurer) et quelque soit le sujet de conversation ce jour-là, je pleurais. Cette vue fut terrible pour moi. Cela m’a réellement affectée (Mme Becker en pleurs).

           Mauro Pretti (Agence de Protection Civile)

    ”Toute la nuit on a vu les lumières des gilets de sauvetage. On est allé là-bas immédiatement avec les voitures, descendus sur les rochers avec nos torches électriques et les avons sortis de l’eau. On les a ramené ici, dans les églises, les écoles, partout on l’onpouvait entrer. »

    Don Lorenzo (Curé, Ile de Giglio)

    ”Un Allemand âgé a fait ça (le pouce levé),il a fait ça pour dire merci, sans un mot, magnifique, ça m’est allé droit au cœur.”

    Valeria Belao (Institutrice dans l’école où l’on a amené les rescapés, Ile de Giglio)

    carte fait main”Il y avait des gens qui ont repris leurs gilets de sauvetage, par crainte. Ils ont change de vêtements  et ont remis leur gilets de sauvetage pour la traversée jusqu’au continent. C’est pour dire à quel point ils étaient terrorisés.Et après cette longue nuit, le matin suivant, quand j’ai nettoyé les salles de classe,j’ai trouvé ça (elle montre une grande carte faite main) cette carte. Ils avaienttous écrit leurs noms et dit merci. J’en ai eu les larmes aux yeux quand j’ailu ça. Pour moi, c’était un magnifique cadeau, une expérience unique. »


    Voir taille réelle

    Mr et Mme Becker montrent alors deux nappes prises des tables de la maternelle pour leur tenir chaud. Ils souhaitent faire un autre voyage (par moyen terrestre) pour les rendre personnellement et remercier une fois encore. Mr Becker explique que sa femme les a lavées et repassées.

    « 22.03.2012 - 5 nouveaux corps retrouvés après plus de deux mois du naufrage du concordia2000 tonnes de carburant pompés »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :