• Faire plaisir au chef des serveurs

    Publié le 16/01/2012 12:22 - Modifié le 16/01/2012 à 17:53 | la dépêche.fr

    Naufrage du Costa Concordia : le commandant a voulu faire plaisir à un serveur

    Le 
Costa Concordia, échoué près de l'île toscane du Giglio, le 14 janvier 
2012
    Le Costa Concordia, échoué près de l'île toscane du Giglio, le 14 
janvier 2012
    Le Costa Concordia, échoué près de l'île toscane du Giglio, le 14 janvier 2012 - AFP/Italian Guardia de Finanza
    <script type="text/javascript"> function photoClick(obj) { if ($('group_photo_0') != undefined) { $('group_photo_0').onclick(); return false; } else { return hs.expand(obj); } } </script>

    Trois jours après le naufrage du Costa Concordia, le mystère se lève sur les circonstances de la catastrophe qui a coûté la vie à au moins 6 personnes. Selon le journal italien Corriere della Sera, le commandant aurait voulu faire plaisir à un serveur, originaire de l'île du Giglio, où s'est échoué le paquebot.

    Selon le témoignage d'Antonio Tievoli, le chef des serveurs sur le navire, le commandant Francesco Schettino aurait voulu lui faire plaisir en rasant les côtes de l'île dont il est originaire. Le capitaine l'aurait fait appeler sur le pont et lui aurait lancé : "Antonello, viens voir, nous sommes tout près de ton Giglio".

    D'après le journal italien, Antonio Tievoli aurait dû quitter le bateau pour un congé d'une semaine mais, faute de remplaçant, est resté à bord. Le commandant aurait donc voulu lui faire une faveur. Le chef des serveurs serait monté sur le pont, se serait penché sur le bastingage et voyant l'île se rapprochant dangereusement aurait averti le commandant. "Attention, nous sommes extrêmement près de la côte". Mais l'impact serait intervenu immédiatement après.

    Antonio Tievoli a livré son témoignage aux garde-côtes et devrait le répéter aux carabiniers, dans le cadre de l'enquête qui cherche à établir les causes du sinistre.

    Le bilan provisoire de la catastrophe fait état de 6 morts, 60 blessés et 14 disparus.

    Une erreur humaine "impondérable"

    Pier Luigi Foschi, le patron de Costa Crociere, société propriétaire du paquebot, a déploré une erreur humaine "impondérable" de la part du commandant dont il s'est officiellement dissocié, ce lundi. Visiblement ému, retenant ses larmes avec peine, il a rendu un hommage appuyé aux membres de l'équipage "qui se sont tous comportés en héros".

    « La famille Crouzet de moutierLe costa concordia reçoit sa cheminée en 2005 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :