• La croisière ne s’amuse plus

    La croisière ne s’amuse plus

    Vendredi 13 janvier 2012. Le Costa Concordia, un géant des mers avec plus de 4’200 passagers à bord, touche un rocher proche de l’Ile du Giglio en Toscane. Bilan à ce jour : 32 morts, dont 2 disparus. Que s’est-il vraiment passé cette nuit-là ? Un tel accident pourrait-il survenir à nouveau ? Les marchands de rêves en ont-ils tiré des leçons ? Une enquête dans le monde des croisières qui ne s’amusent plus.

    Cent ans après le Titanic, le naufrage du Costa Concordia est également entré dans la mémoire collective. Les images de cet énorme bateau échoué à quelques mètres du port d’une minuscule île italienne ont tourné en boucle sur les chaînes tv du monde entier. Le public s’est ému et passionné pour l’histoire de ces naufragés, dont 69 Suisses, qui se sont retrouvés pour certains prisonniers d’un navire transformé en cercueil.

    Quatre mois après, Temps Présent revient sur ce drame avec des témoignages et des vidéos exclusives de passagers rescapés. Une enquête pour comprendre comment le Concordia a pu s’échouer alors qu’il était garanti comme l’un des plus sûrs navires au monde. Est-il un exemple isolé ? Ou ces gros paquebots qui se multiplient sont-ils des cimetières potentiels ? Aujourd'hui rien n’est trop beau, rien n’est trop grand dans un secteur touristique en pleine expansion où l’argent coule à flots et la concurrence entre armateurs fait rage.

    Rediffusion le vendredi 18 mai 2012 à 0h25 et le lundi 21 mai 2012 à 16h05 sur RTSdeux.

    Générique

    Un reportage de Peter Berni et Michel Heiniger Image : Jean-Dominique De Weck Son : Gianni Del Gaudio

    Voir la vidéo

    « 19.05.2012 Costa Concordia : le paquebot devrait quitter la côte italienneCharm el-Cheikh : Plusieurs morts dans une collision sur le Costa Europa »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :