• Le casse tête de l'indemnisation

     

        Le casse-tête de l'indemnisation pour deux naufragés tourangeaux du Costa Concordia 

    05/02/2012 05:46
     

    Trois semaines ont passé. Les naufragés tourangeaux du Costa Concordia assurent aller mieux. Malgré de fastidieuses démarches administratives.

    Les Tourangeaux dînaient dans le 
paquebot lors du naufrage. Après de longues heures d'attente, ils ont pu
 sauter dans une chaloupe. Vêtements, bagages, papiers : ils ont tout 
perdu.
     
    Les Tourangeaux dînaient dans le paquebot lors du naufrage. Après de longues heures d'attente, ils ont pu sauter dans une chaloupe. Vêtements, bagages, papiers : ils ont tout perdu. - (Photo AFP)
    <script></script>

     Voilà trois semaines qu'ils ont été rapatriés. L'état de choc est passé et les naufragés tourangeaux disent aller mieux. Ils ont repris le cours de leur vie, malgré de longues démarches administratives qui n'ont pas manqué d'occuper leurs esprits.

    « Notre dossier concernant la demande d'indemnisation fait désormais 8 centimètres d'épaisseur, confie Sylvie Bathuel, restauratrice à Tours (*). On a épluché tous nos contrats d'assurance (carte bancaire, habitation, voiture…) pour trouver remboursement à nos frais. On a perdu un temps fou : on ne rentre dans aucun cadre ! La carte bancaire assure les bagages seulement dans les avions, l'assurance habitation seulement les locations de vacances… Il y a toujours une ligne qui nous exclut. Seule la réfection des clés et des papiers a été remboursée. Et encore, pas toutes les clés ! ».

    L'assistance de la voiture n'a pas non plus permis de ramener le véhicule depuis Toulon, « parce qu'il n'avait pas subi de sinistre ».

    "  On va accepter la proposition de Costa Concordia "

    Le couple a lui-même fait le voyage. « C'était un dimanche. On a trouvé le parking cadenassé, avec personne pour nous recevoir. Il y avait plein de gens dans notre cas. C'était incroyable. C'est police secours qui est venu à notre aide. On est sorti par des issues improbables ! ». On sent la naufragée agacée, mais jamais en colère. « On est vivant, on n'a pas été blessés. Avec le recul, je n'exclus plus de refaire une croisière ». Le couple a pris conseils auprès d'un assureur et d'un avocat. « On nous a demandé de dresser la liste de tous les vêtements, bijoux ou objets que nous avons perdus. Et surtout d'apporter des preuves (factures, relevés bancaires, photos) »

    Un vrai casse-tête. Surtout quand les effets ont plus de cinq ans. « On nous a dit que, peut-être, lors du démantèlement du paquebot, des objets retrouvés dans notre cabine nous seraient remis. Je n'y crois pas beaucoup. La nôtre est sous l'eau depuis trois semaines, complètement écrasée par le reste du bateau… » Désireux de « passer à autre chose », le couple s'est décidé à accepter l'indemnisation de 11.000 € proposée par Costa Concordia (la NR du 28 janvier). « Cela va couvrir nos frais.Et comme le préjudice n'est que matériel, on préfère un accord à l'amiable rapide plutôt que de traîner cette affaire durant des années… »

     

    Pour voir la video de témoignage de la restauratrice, cliquez sur ce lien

    « Le commandant du «Concordia» au tribunal demain lundiSoudoiement par les riches »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :